Cours , formations,accompagnement et assistante technique à distance en savon,détergent,shampooing,eau de javel...

27 avril 2019

Entrepreneuriat au TOGO: Mawufemo Peace, 19 ans et propriétaire d’une unité de détergence

WhatsApp Image 2019-04-15 at 12

Grâce aux cours reçus à distance sur le site web www.bellomarlearning.com, la Togolaise produit et commercialisé une nouvelle marque de détergent liquide.

Le marché togolais s’est enrichi d’une nouvelle marque de détergent liquide. Il s’agit de « Peace Soap » disponible depuis peu dans de nombreuses boutiques du pays. Le produit, bien mousseux pour tous les linges, se vend  en fonction de la boite. Soit  entre  500 FCFA et 3500 FCFA. La boite de 1,5 litre coûte 500 FCFA, celle de 0,5 l qui est  efficace avec un parfum et un conservateur s’achète à 1500 FCFA. La boite de 3,5 l vaut 3500 FCFA.

Le détergent liquide « Peace Soap » est fabriqué et vendu parAyedji Adjo Mawufemo Peace. A seulement 19 ans, cette passionnée de l’entrepreneuriat est déjà propriétaire d’une unité de production de détergent liquide.   Elle a appris la détergence pour le cas des détergents liquide à distance sur le site web www.bellomarlearning.com . Durant l’apprentissage, « j’ai eu des cours bien détaillés ce qui m’a permis de commencer à rendre possible ma production en moins de deux semaines », apprécie la Togolaise. « Je compte poursuivre ma formation dans les autres domaines dont la production de savons en particulier. Ça sera toujours  chez Martial Oden Bella vu la qualité des cours », poursuit-elle.

Avant sa formation, Ayedji Adjo Mawufemo Peace ne savait absolument rien dans le domaine à part une formule de saponification apprise lors de ses années passées au lycée. Alors qu’aujourd’hui, elle rêve élargir son champ d’action avec la production de savons à base de végétaux dont « j’étudierais bien les atouts pour y faire un lien avec mes études ».

J’ai eu à rencontrer certaines difficultés comme la recherche des matières premières dans ma localité,les boîtes de conditionnement à la fin de la production.

Christian Happi

vous avez un projet d’industrie ou autre dans le domaine des savons et détergents alors bellomar learning peut vous accompagnez , contacter nous juste sur watsapp au +237675697032


Accueil | BELLOMAR LEARNING

Bienvenue a BELLOMAR est une plateforme web multifonctionnelle de Formation, d'Accompagnement, de Communication et d' Information La plate forme couvre la chimie industrielle, avec en priorité les savons et détergents. Mais elle couvre également l'agro-industrie, l'agriculture, la cosmétique et la valorisation des déchets.

https://www.bellomarlearning.com


Posté par groupebellomar à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jérôme Useni Ramazani en RDC « Bellomar learning est la solution au chômage des jeunes »

_20190405_144554

Jérôme Useni Ramazani, un jeune congolais qui a pris part, comme de nombreuses autres personnes, au programme de formation de Bellomar learning. Il apprécie cette initiative tout en affichant ses ambitions personnelles.

Qui est Jérôme Useni Ramazani ?

Je suis Useni Ramazani Jérôme, originaire de la République démocratique du Congo ; j’habite la ville de Bukavu dans la province du Sud-Kivu, à l’Est du pays. Je suis Licencié en sociologie de l’Université officielle de Bukavu ; j’ai reçu aussi une formation en saponification chez Bellomar. Je suis actuellement directeur de production d’une jeune société du nom de TGS (Tai Global Solutions) dont le Siège sociale est à Bukavu. Elle œuvre dans différents domaines de production des biens et services dont le savon liquide, les hands wash, désinfectant, etc.

Comment avez-vous connu le programme Bellomar  et pourquoi l’avoir intégré?

Nous avons connu Martial Oden Bella et Bellormar à travers leurs réalisations postées sur les réseaux sociaux, notamment facebook. Nous avons toujours rêvé de produire un savon de qualité à fin de répondre au besoin des consommateurs qui sont souvent obligés de recourir aux produits importés pour obtenir la qualité voulue. C’est ce qui a motivé notre adhésion au programme Bellomar en 2018. Bellomar répond à notre  rêve qui était pendant longtemps incommensurable.

Qu’avez-vous  concrètement appris durant votre formation ?

Nous avons appris à fabriquer du savon de qualité notamment: le détergent et savon liquide multi-usages, le savon de mains ” hands-wash”. Notre formation nous également permis d’apprendre  la fabrication des différents savons durs et le reconditionnement des déchets plastiques en produits utilisables.  Je tiens à préciser qu’avant notre formation nous savions faire du savon liquide multi-usages mais de moindre qualité.

Quelle appréciation pouvez-vous faire après cette formation ?

Nous trouvons que c’est un programme très ambitieux. Il peut sortir plusieurs jeunes de l’attentisme des solutions en provenance de l’État et combattre la pauvreté extrême due au chômage. Depuis que nous nous sommes inscrits à ce programme,  nous avons pour ambition  d’être notre propre patron en fabricant des produits de bonne qualité qu’on ne pouvait jadis obtenir que suite à l’importation. Je dis merci au formateur qui ne ménage aucun effort pour sortir la jeunesse africaine du bourbier.

En parlant d’entrepreneuriat, sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

Actuellement, nous travaillons sur le projet “Legacy” qui englobe tous nos produits concernant la propreté.  Pour être précis, nous produisons des détergents liquides et savons multi-usages, les hands-wash et savons de vaisselle. Ils sont tous disponibles sur le marché et se vendent plutôt bien : environ 40 litres par jour, avoisinant 65 dollars de chiffre d’affaire journalier.

J’imagine que vous avez des difficultés à l’instar de toute PME ?

Bien-sûr. Il y a quelques jours nous avions des difficultés à écouler 10 litres suite aux préjugés et stéréotypes des consommateurs qui ont une confiance aveugle dans les produits importés. Il y a également des taxes en surnombre qui risquent d’asphyxier nos activités mais aussi, la rareté des matières premières et emballages que nous commandons à plusieurs centaines de km du lieu de production. Pour finir, nous avons des difficultés à obtenir le financement de différents projets, ce qui explique notre marche au rythme de tortue.

Comment faites-vous au quotidien pour surmonter ces obstacles ?

Pour pallier à certaines de ces  difficultés, nous avons mis en place une équipe qui fait le porte à porte ainsi que la publicité sur les réseaux sociaux. Le but étant de sensibiliser à la consommation des produits locaux de bonne qualité. Cette stratégie nous a permis d’accroître sensiblement nos ventes et de faire face à une demande de plus en plus croissante.

Y a-t-il des projets en cours pour faire grandir votre entreprise ?

Nous comptons, dans un avenir proche, lancer sur le marché une autre gamme de produits de qualité tels que l’eau de javel, le désinfectant, le shampoing, le nettoyant pour vitres, le produit pour lavage de cuves. Ce n’est pas tout.

À long terme, nous comptons migrer de l’artisanal à l’industriel afin de réduire le coût de production, répondre à la demande croissante en qualité et en quantité ainsi que faire face à la concurrence des produits importés.

Propos recueillis par Christian Happi et Martial Oden Bella

vous avez un projet d’industrie ou autre dans le domaine des savons et détergents alors bellomar learning peut vous accompagnez , contacter nous juste sur watsapp au +237675697032

 

Accueil | BELLOMAR LEARNING

Bienvenue a BELLOMAR est une plateforme web multifonctionnelle de Formation, d'Accompagnement, de Communication et d' Information La plate forme couvre la chimie industrielle, avec en priorité les savons et détergents. Mais elle couvre également l'agro-industrie, l'agriculture, la cosmétique et la valorisation des déchets.

https://www.bellomarlearning.com

 

 

Posté par groupebellomar à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Produits d’entretien et Huilerie :Une première réussie pour la société tchadienne Djibia Sarl

photo tchad 3

Sa marque « NADIF » est désormais en concurrence avec les marques étrangères qui dominent à 98% du marché tchadien. Après l’installation de son unité de production par Martial Gervais Oden Bella, la société tchadienne Djibia SARL a procédé en mars 2017, à la mise sur le marché de ses premiers produits d’entretien (eau de javel, détergent liquide et lave vitre) et d’huile d’arachide commercialisés sous la marque « NADIF ».

Deux ans après ce coup d’essai, le bilan des activités de l’entreprise est plutôt satisfaisant malgré la baisse des prix du baril du pétrole ayant entraîné la crise économique dans la sous-région Cemac. « L’entreprise n’est pas en bonne santé du fait de l’écoulement de ses produits. Nous avons une bonne capacité de production mais nous n’arrivons pas à vendre plus de 50 cartons par mois », confesse Amina Abdelbanat Wali, la promotrice. Les difficultés rencontrées au quotidien par la société Djibia SARL sont de diverses natures: La complexité du marché, manque de moyens financiers et matériels, manque des infrastructures adéquates, etc.

 Il n’empêche, la propriétaire ne désarme pas. Elle ambitionne accroître l’entreprise tout en s’imposant sur le marché local et sous-régional. Car, « nous sommes vraiment satisfaits de l’installation de l’unité ; l’expertise de Martial est performante, édifiante et réaliste. Nous pouvons le recommander à une tierce personne », reconnait-on. Créée en juillet 2016, Djibia SARL est située en milieu rurale, plus précisément dans la zone de Chari-Baguirmi qui est l’une des 23 régions du Tchad. Son objectif est de contribuer au développement du milieu rural au travers d’initiatives créatrices d’emplois pouvant contribuer à une meilleure hygiène du milieu et la lutte contre les maladies en lien avec l’insalubrité. Selon des études, plus de 98% des marques de produits d’entretiens que l’on retrouve sur le marché Tchadien sont importés et la production locale d’huile d’arachide de type artisanale pour la plus part des cas est de qualité douteuse. C’est dans cette optique que Djibia SARL compte à sa manière promouvoir le made in Tchad.

CH

vous avez un projet d’industrie ou autre dans le domaine des savons et détergents alors bellomar learning peut vous accompagnez , contacter nous juste sur watsapp au +237675697032 

Posté par groupebellomar à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 janvier 2019

Savons de lessive: Les marques étrangères dominent le marché centrafricain

photo savon de lessive

Le savon « Azur » est utilisé par 42 %  de la population centrafricaine contre 37 %  pour la marque locale « Savex ».

En République Centrafricaine (RCA), le marché de savon de lessive est dominé par une marque camerounaise.  Il s’agit du savon « Azur » utilisé par 42 %  de la population centrafricaine contre 37 %  pour la marque locale « Savex ». Un carton de savon Azur de 200 g contenant 80 morceaux est acheté à 13500 FCFA chez des grossistes et revendu à 16000 FCFA tandis qu’un carton de savon « Tigre » de 150 g contenant 40 morceaux se procure à 3500 FCFA pour être revendu à 4000 FCFA. C’est du moins ce qu’affirme Martial Gervais Oden Bella, Consultant-formateur en AGR (Activité génératrice de revenu) dans le rapport final de la mission d’étude technique en vue de l’implantation d’une unité de production des savons et détergents en RCA. La période de réalisation de l’étude  s’est étalée entre le 03 et le 10 janvier 2017 pour la phase de collecte de donnée sur le terrain à Bangui.

Le savon  de lessive « Azur » n’est pas la seule  marque présente sur le marché centrafricain. L’on y vend également des savons centrafricains tels « Super »,« Bimbo » et « May soap » produit par la société  camerounaise de raffinage Maya & Cie. Ils sont respectivement commercialisés aux prix de 150 FCFA (200g) ; 400FCFA (400g) et 200 FCFA (200g).

Détergent en poudre : niche d’opportunités

Pour ce qui est du détergent en poudre, aucune entreprise locale n’en fabrique pour le moment. Ce qui constituerait une niche d’opportunités d’emplois et de revenus pour les  industriels centrafricains. Ce segment est dominé par des marques étrangères notamment camerounaise : « Madar » utilisée par 36,84% de la population; « Klin »21,05% ; « Win » 21,05% ; « Fresha » 15,78% et enfin « Saba » utilisée par seulement 5, 58 % des consommateurs et vendu à 1500 FCFA le sachet de 500g, etc.  Le détergent en poudre Madar se vend quant à lui,  un sachet à 50 FCFA et en gros 3 sachets à 100 FCFA.

A l’instar du détergent en poudre, ce sont les marques étrangères qui se partagent le marché des savons de toilette. Il s’agit, d’après l’étude, respectivement dePharmapure (21,05%) ; savon  Santex (32,62 %) ; Medicare (31,57%)  et pour finir, Germol (14,76%). Le constat est le même pour les détergents en liquide. Ajax,Détergent Power et Glu sont les marques les plus utilisées soit respectivement40,52% ; 28,37% et 31,11% de la population.

Approvisionnement en matière premières

Les entreprises centrafricaines qui s’essayent dans la fabrication artisanale des savons de lessive et autres se heurtent aux difficultés d’approvisionnement. Dans les différents marchés de la ville de Bangui visités, « nous avons constaté que la vente des corps gras se fait d’avantage en détail et sous des conditionnements maximale d’une contenance de 25 litres, l’huile de palme malgré son coup élevé semble être en abondance ce qui n’est pas le cas pour l’huile de soja et l’huile de palmiste », fait remarquer Martial Gervais Oden Bella. « La production d’huile de palmiste étant très faible, nous pensons qu’il est important qu’une unité de production de savon et détergent ait en son sein une unité de transformation d’huile de palmiste pour assurer son approvisionnement en huile de palmiste »,conclut-il.

Christian HAPI et Martial ODEN BELLA

Vous avez une idée de projet, nous sommes disponible à vous accompagnez contacter nous au +237675697032 ( watsapp )

Posté par groupebellomar à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 janvier 2019

BENIN: Ségoun Parfaite, l’ex apprenante du groupe Bellomar lance sa propre marque de produits

 

IMG-20190110-WA0056

 

La marque « Bio MES » disponible  depuis peu sur le marché béninois. Elle est enrichie de différentes formules telles que les savons naturels, gels de douche, les shampoings et l’eau javel.

A côté des savons étrangers qui prolifèrent dans les espaces marchands du Bénin, on retrouve des marques locales alliant santé et bien-être.  Parmi celles,  la marque  « Bio MES » disponible  depuis peu dans  les grandes  surfaces  et  les échoppes.  Ce produit cosmétique, beaucoup apprécié des consommateurs, est  disponible en plusieurs variétés. Il est fabriqué à base de légumes, fruits, plantes locales et enrichi de différentes formules telles que les gels de douche, les shampoings et l’eau javel.

Ségoun Parfaite, épouse Gbessinon, est l’artisane de ce savon. Membre fondatrice de MES, une ONG qui milite pour le bien-être des populations béninoises,  la sage-femme échographiste de profession, s’est formée aux techniques de la saponification en adhérant en juillet 2018 au programme de formation Martial Oden Bella.

Pendant sa formation,  Mme Gbessinon a appris, notamment la production des savons en pain, des détergents liquides et des détergents en poudre. En dehors des cours théoriques, Martial Oden Bella a aussi joué un grand rôle de motivation pendant les phases pratiques de la formation. Surtout lorsqu’elle n’arrivait pas aisément à obtenir le résultat voulu. « J’ai beaucoup apprécié cette formation à cause de la précision des données et surtout du grand accompagnement autant professionnel que psychologique dont j’ai bénéficié de l’équipe de formation. L’encadreur était très encourageant et cela m’a permis à plusieurs reprises de ne pas baisser les bras », reconnait-t-elle.

Aujourd’hui, Ségoun Parfaite parvient à arrondir ses fins de mois grâce à la commercialisation  des savons de marque  « Bio MES ». L’engouement est tel qu’elle compte investir dans la communication digitale afin de booster la marque sur le plan national et international ; acquérir à l’avenir une ligne de production pouvant permettre de produire à grande échelle et réaliser des économies d’échelle. Car, «  n’ayant pas une ligne de production la durée de production n’est pas proportionnelle à la quantité de produits obtenus. En gros on travaille beaucoup pour avoir peu de produits », dit Ségoun Parfaite, épouse Gbessinon.

CH

Vous avez un projet et vous souhaitez être accompagné alors contacter nous au +237675697032 ( Watsapp) ou par mail a groupebellomar@yahoo.fr 

Martial Gervais oden bella

consultant-formateur

08 octobre 2018

Livre numérique sur la production de savons de toilette a l’argile verte et au beurre de cacao

couverture savon toilette

 

Notre fiche technique pour la production des savons de toilette à l'argile verte et au beurre de cacao a base d'huile de friture usée est désormais disponible en version électronique au cout de 10 000 FCFA soit 17,94 dollars ou encore 15,25 Euros avec un accompagnement offert en la comprehension et la mise en oeuvre de son contenu sur une période de trois mois sans frais supplémentaires.

Les résultats de nos recherches sur la valorisation des huiles de fritures usées , nous ont permis de mettre au point cette formulation que nous mettons à votre disposition dans le cadre de notre programme de vulgarisation , qui permet de produire un savon biologique avec un cout très abordable et de contribuer à la protection de l'environnement ....

 

Pour en savoir un peu plus et l'acquérir , merci de cliquer sur le lien :

 

Production de savons de toilette a l'argile verte et au beurre de cacao

Selon une étude empirique que nous avons effectué dans la période de juin à septembre 2013, portant sur la pollution des complexes hôteliers dans la ville de Douala au Cameroun, nous avons constaté qu'un établissement hôtelier déverse en moyenne 30 litres d'huile de friture usée dans la nature par semaine, soit 1560 litres par an....

https://www.bellomarlearning.com

 

Besoin d'un contact direct ?  Numéro watsapp : 00237675697032 

Martial Oden bella

Consultant - Formateur 

27 septembre 2018

Flore Talla Mawoukou au Gabon « J’ envisageais aller en France me former avant de découvrir le groupe Bellomar »

photo savon flore

Titulaire d’une  maîtrise en psychologie de développement, Flore Talla gagne aujourd’hui sa vie en fabricant du savon fait à base d’argile et autres ingrédients.Une  reconversion rendue possible grâce à la formation reçue au sein du groupe Bellomar. Témoignage. 

Vous fabriquez depuis quelques temps déjà, un savon fait à base d’huile de palme, huile d’argan,  vendu sous la  marque  « Flore de T ». Où avez-vous acquis votre expertise ?

Merci de m’avoir posé cette question mais avant d’y répondre, permettez-moi de me présenter. Je m’appelle Talla Mawoukou Flore, diplômée d’une licence professionnelle en gestion des établissements de santé et d’une maîtrise en psychologie de développement. Je suis gabonaise travaillant au Service national de l’éducation pour la santé et de la promotion de la santé du ministère de la Santé. Pour répondre à votre question, je me suis formée auprès de Martial Oden Bella, le promoteur de groupe Bellomar. Au cours de ma formation, j’ai beaucoup, notamment les matières premières  qui entrent dans la fabrication du savon  qu’il soit liquide ou solide. Ensuite, les différentes techniques de leurs fabrications suivies de la phase pratique.  J’ai aussi appris la fabrication de l’eau de javel et de détergent en poudre. En gros, le groupe Bellomar m’a permis de développer ma propre formule et de mettre sur le marché une marque de savons.

Comment avez-vous connu le groupe Bellomar ?

J’ai connu  M. Oden Bella ou si vous voulez Gic Bellomar via son site Internet;  c’est à partie de là que nous sommes  entrés en contact. Le reste s’est passé naturellement  c’est-à-dire que mon époux et moi sommes rendus à Douala au Cameroun  pour suivre la formation.  J’étais loin de m’imaginer que le continent africain avec des hommes capables de former en saponification c’est pourquoi je prévoyais aller en France pour le faire. Ce voyage à Douala a complètement changé ma vision des choses et m’a permis de prendre la décision qui trottait dans ma tête, c’est-à-dire lancer mon propre business.

Quels sont les problèmes auxquels vous vous heurtez aujourd’hui dans votre activité ?

La principale difficulté est  celle de trouver les matières premières de qualité telles que les fragrances, et les huiles.  La seconde difficulté c’est la paperasse pour être en règle et son coût. Tout ceci ne doit pas vous décourager car  cette activité nourrit son homme. La preuve, j’ai un chiffre d’affaire  qui oscille autour de 500 000 FCFA le mois.  Je  souhaite développer dans un avenir proche, une gamme de produits cosmétiques complète : lait de toilette, gommage, masque, shampooing, gel de douche…

 

Propos recueillis par CH

Plus d'information sur nos programmes de formations contacter sur watsapp au 00237675697032 

22 août 2018

Isabelle Kenfack Moyo: De salariée à chef d’entreprise

isabelle

WhatsApp Image 2018-08-21 at 14

 

Après avoir occupé  des postes de responsabilité dans des PME locales,   Isabelle Kenfack Moyo se lance dans la fabrication des savons de toilette. Un rêve devenu réalité grâce au groupe Bellomar.

Nombreux sont ceux qui aiment vivre de leur passion. C’est  le cas  d’Isabelle Kenfack Moyo, camerounaise qui a fait ses études supérieures à l’université Catholique d’Afrique Centrale filière commerce et distribution. Après avoir occupé  des postes de responsabilité dans des PME locales,  elle opte pour une carrière de chef d’entreprise.  Dans son atelier, situé dans la ville de Douala,  l’entrepreneure produit jusqu’à 10 variétés de savons de toilettes à partir des huiles végétales : Savon hydratant au beurre de cacao ; savon hydratant au miel enrichit au beurre de karité ; savon antiseptique à l’aloe Vera  enrichit à l’huile de neem(huile végétale obtenue à partir des graines du margousier) ; savon régénérant à l’avocat ; savon régénérant à la bave  d’escargot enrichit au beurre de cacao ; savon purifiant à l’argile verte enrichit au beurre de karité, etc. « Nous avons décidé d’utiliser les huiles végétales 100% locales ainsi que les épices et les matières minérales ceci  pour apporter notre contribution au développement des filières artisanales », explique Isabelle Kenfack

Beurre de karité et huile de neem, beurre de cacao, huile palmiste et huile de coco. 92% de la matière première vient des localités du Cameroun. Il n’empêche  que l’entreprise soit confrontée  à difficultés de plusieurs ordres à savoir la disponibilité des matières premières en qualité et quantité, les coûts élevés des tests microbiologiques pour pallier aux problèmes de matières premières… « Nous essayons de traiter directement avec les producteurs d’huiles végétales pour avoir une meilleure traçabilité », confie la promotrice.

Commercialisés sous la marque FG NATURA, les savons produits par la TPE se portent bien sur le marché. Plus de 200 morceaux de savon sont écoulés chaque mois soit  300 000 FCFA  de chiffre d’affaires sur la même période. La demande va crescendo à tel point que l’on envisage d’augmenter la capacité de production, passant de 50kg par semaine à 250 kg.  Tout comme la propriétaire compte enrichir sa gamme de produits avec des détergents liquides et gels de douche.

C’est  au sein  du groupe Bellomar qu’Isabelle Kenfack Moyo  s’initie dans la fabrication des savons.  Grâce à Martial Oden Bella,  elle apprend à fabriquer des savons de toilette, gel de douche, détergent liquide, détergent en poudre. « Ce programme est pratique et très adapté à notre environnement concernant les matières premières utilisées, les techniques de production, ainsi que le coût (très bas et les conseils après formation sont gratuits) », témoigne-t-elle.

CH

PLus d'infos contactez Martial Oden Bella sur watsapp au +237675697032

 

BELLOMAR LEARNING

Bienvenue a BELLOMAR est une plateforme web multifonctionnelle de Formation, d'Accompagnement, de Communication et d' Information La plate forme couvre la chimie industrielle, avec en priorité les savons et détergents. Mais elle couvre également l'agro-industrie, l'agriculture, la cosmétique et la valorisation des déchets.

http://www.bellomarlearning.com

 

Posté par groupebellomar à 18:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 août 2018

Huiles de fritures usées : Une quinzaine de femmes formées dans sa valorisation

PHOTO-2018-05-27-17-47-21

L’atelier de formation, organisé par l’Association pour la recherche et la promotion de l’énergie durable en Afrique Centrale et l’assistance technique du Gic Bellomar, a permis aux apprenantes de maîtriser les règles de sécurité et les étapes de fabrication des savons.

Le 26 et 27 mai 2018 s’est tenu à  Yaoundé, un atelier de formation à l’intention d’une quinzaine de femmes entrepreneures dans la valorisation des huiles de fritures usées. Le thème« comment fabriquer du savon écologique et bio soi-même ». Cet atelier, organisé par l’Association pour la recherche et la promotion de l’énergie durable en Afrique Centrale (ARPEDAC) et l’assistance technique du Gic Bellomar, était dans l’optique de promouvoir l’entrepreneuriat technologique auprès des femmes entrepreneurs du comité de développement de San Francisco à Yaoundé .

À l’entame, Blaise Mempouo, le promoteur d’ARPEDAC  a présenté les missions de son institution avant d’exprimer sa fierté  à organiser une telle formation dont l’impact sur la santé humaine et le développement économique est considérable. Juste après, Martial Gervais Oden Bella, le Consultant-formateur de la société GIC-Bellomar, a  fait une projection des vidéos explicatives de ses travaux  et ensuite  est entré dans  la partie  théorique  en présentant la matière première nécessaire pour la production des savons ; les règles de sécurité à respecter lors de la fabrication des savons et enfin les étapes de la préparation.

Durant la phase pratique  de la formation, les échanges étaient riches en enseignements, tous les participants étant restés  calmes, attentifs et vigilants jusqu’à la fin de la fabrication des savons. En somme,  l’atelier de formation s’est bien déroulé tant sur le plan  théorique que pratique d’autant que  chaque apprenant à produire son  propre savon, à travers l’acquisition des connaissances sur les matériels et les matières premières, les règles de sécurité et les étapes de fabrication des savons.

Besoin d'informations complémentaires ? contact direct : Martial Gervais ODEN BELLA  +237675697032 ( watsapp)

 

visiter notre plateforme :

BELLOMAR LEARNING

Bienvenue a BELLOMAR est une plateforme web multifonctionnelle de Formation, d'Accompagnement, de Communication et d' Information La plate forme couvre la chimie industrielle, avec en priorité les savons et détergents. Mais elle couvre également l'agro-industrie, l'agriculture, la cosmétique et la valorisation des déchets.

http://www.bellomarlearning.com

 

 

19 janvier 2018

Yaoundé : Un premiers résultat du programme de renforcement de capacité et d'accompagnement des personnes en retraite

gic poguia a yaounde

 

Il y'a de cela quelques mois dans le cadre de nos activités , nous avons mis en place un programme de renforcement de capacité et d'accompagnement des personnes en retraite dans leurs initiatives entrepreneuriales et ça a été un plaisir pour nous de participer au lancement à Yaoundé le 10 Janvier 2015 du GROUPE POGUIA spécialisé dans la fabrication et la distribution des produits d'entretiens corporelle et ménagers au niveau du carrefour tropicana poste de police dans la ville de Yaoundé au Cameroun et qui a pour promotrice madame Yimdjo.

Un plaisir d'avoir redonné espoir à une personne en panne de projet de vie et de plus très passionné de son domaine d'intervention.